• Bonjour à tous et toutes!

     

    Nous avons fait une petite pause récemment et nous revoilà bien présent aujourd'hui avec un article fort intéressant que nous avons pris soin de traduire en français juste pour vous, sur la recherche du Dr. Claudia Albers, physicienne concernant Nibiru. Cette femme fait la lumière sur le sujet, puisque l'on sait que tellement de choses ont été dites là-dessus.

    Soyez donc ouvert et bien sûr, comme on le dis souvent, nous partageons ce texte à titre informatif et instructif. Vous en faites ce que vous voulez et vous avez le droit de croire et de penser comme vous voulez aussi.

    Notre but étant toujours d'être informés afin de rester vifs et allumés tout simplement.

    Bonne lecture et vous trouverez aussi le lien du vidéo original en bas de page...sarcastic

     

    La planète X est là mais ce n'est pas une planète

    Dr. Claudia Albers, chercheuse sur la planète X

    Le nom de Planète X est né de la recherche d’une planète insaisissable qui était supposée entrer à un moment donné et provoquer un cataclysme sur la terre, puis s’éteindre à nouveau. L'idée a été promue par Zacharia Sitchin, qui a développé l'idée après avoir étudié les anciennes tablettes sumériennes, et par le Dr Robert S. Harrington, qui recherchait une nouvelle planète qui aurait pu expliquer certaines perturbations des orbites des planètes extérieures et l'a baptisée Planet X. C'est après une réunion avec Zecharia Sitchin que le Dr Harrington a décidé de partir en Nouvelle-Zélande, à la recherche de la Planète X, suggérant qu'il pensait que ce serait le même objet que celui décrit par le Dr Sitchin, à savoir Nibiru. Mais le Dr Harrington est décédé dans des circonstances extrêmement suspectes, ce qui laisse penser qu'il a trouvé ce qu'il cherchait et qu'il a été réduit au silence.

     

    LA PLANÈTE X EST LÀ, MAIS CE N'EST PAS UNE PLANÈTE

    Mais la vérité est que la planète X n’est pas une planète et qu’elle n’est même pas une étoile. La planète X est en effet responsable du cataclysme du déluge, et une fois que ses effets initiaux sur le système solaire ont diminué, il était possible que la vie se poursuive sur Terre, mais la Terre n’a jamais été la même, comme avant le Déluge, et la durée de vie humaine. Il en a résulté un facteur 10 (voir l'article 784: La terre avant le cataclysme: avant la planète X et l'article 859: La durée de vie a chuté après le déluge dû à la planète X) [1, 2].

    La planète X est le système de base des étoiles et des planètes mortes, ce ne sont pas des planètes. Si la planète X était une planète, ils ne pourraient jamais s'approcher du Soleil ou de la Terre, à la distance à laquelle ils peuvent l'approcher. Les planètes et les étoiles sont mortes ou ont éclaté, car elles ont perdu leur énergie après avoir été déconnectées de la source d’énergie de l’univers, ce qui a provoqué la destruction de toutes les couches extérieures et la libération des systèmes centraux, à l’intérieur. Ils sont restés épuisés en énergie et viennent au Soleil pour absorber de l'énergie. Une fois dans le système solaire, ils ne partent jamais. Parce que de plus en plus de noyaux morts, que j'ai nommés Cœurs Stellaires, continuent à entrer, leurs effets sur le Soleil ont augmenté. Leurs effets sur la Terre ont également augmenté car ils viennent du Soleil à la Terre. Ils sont responsables des éjections de masse coronale (CME) et interviennent à l'intérieur de celles-ci lorsqu'elles sont dirigées vers la terre. Les noyaux créent tous les effets météorologiques sur la Terre, grâce à leurs connexions énergétiques, et les noyaux centraux sont responsables de toutes les éruptions volcaniques et des tremblements de terre naturels, qui résultent des éjections de plasma provoquées par le système central de la Terre.

     

    LA PLANÈTE X EST LÀ, MAIS CE N'EST PAS UNE PLANÈTE

     

    Figure 3. Les Cœurs Stellaires satellites doivent établir des connexions physiques, à travers leurs enveloppes nuageuses, pour absorber l’énergie du noyau du Soleil. La Terre fait partie du système central du Soleil, car elle s’est formée après que le Soleil a éjecté une petite partie de son système central. Sur la gauche, nous voyons un noyau satellite appartenant à ce qui devait être une étoile de la planète X, très proche de la surface du Soleil, et à droite, nous voyons la connexion du bec verseur de la tornade ou du vortex gravitationnel causé par la présence de ce qui a dû être un noyau de satellite dans une planète de la planète X, maintenant dans l'atmosphère de la terre (voir l'article 852: La planète X: comment se rend-il à la terre?) [3]

     

    LA PLANÈTE X EST LÀ, MAIS CE N'EST PAS UNE PLANÈTE

    Figure 4. Noyaux stellaires du système Planet X ou parties internes de planètes de l’atmosphère terrestre. On peut souvent distinguer leur forme de la forme d’une enveloppe nuageuse. Aucun nuage ne serait si proche d'une sphère parfaitement sphérique ou d'une forme de disque aussi parfaite s'il n'y avait pas d'objet solide à l'intérieur. Certains des noyaux sont sphériques et d'autres sont des sphéroïdes oblats (sphère ou disque aplatis) (voir Article 785: La planète X est là, mais de quoi s'agit-il exactement?) [4]

     

    LA PLANÈTE X EST LÀ, MAIS CE N'EST PAS UNE PLANÈTE

    Figure 5. Ces Cœurs Stellaires centraux ont d'abord été identifiés car la surface est souvent convexe et ne constitue donc pas une rupture dans les nuages, mais une surface solide qui émet de la lumière bleue. Les nuages, dans ce cas, émettent également de la lumière car le Cœur Stellaire central a absorbé suffisamment de rayonnement pour pouvoir en transférer suffisamment sur son enveloppe nuageuse pour pouvoir commencer à émettre de la lumière. Notez que l'enveloppe nuageuse a la même forme inégale que celle de la figure 1 (voir l'article 824: Objets énormes de la planète X à haute altitude) [5].

     

    LA PLANÈTE X EST LÀ, MAIS CE N'EST PAS UNE PLANÈTE

    Figure 6. La Terre contient, comme tous les objets célestes, un système central qui crée de la matière et qui est source de gravité ou de magnétisme (c'est la même chose). Le champ gravitationnel de la Terre répond à la présence d'une planète centrale X et se déplace vers l'extérieur, augmentant considérablement l'énergie dans la région située au-dessous de l'objet, ce qui entraîne la création de matière et l'éjection de la matière créée, ce qui peut provoquer une éruption volcanique ou un tremblement de terre. Cela dépend du fait que les noyaux des satellites sont proches de la surface et qu'il existe un moyen pour que les gaz et le magma créés atteignent la surface.

    Cette éjection de plasma est en réalité une connexion énergétique entre le noyau central terrestre et le Cœur Stellaire central de la planète X. Elle ne semble pas se produire tant que l'objet n'a pas absorbé une certaine quantité d'énergie simplement en pénétrant dans l'atmosphère terrestre (voir l'article 874: Planet X observé dans le ciel de Toronto Canada) [6]. Ainsi, les Cœurs Stellaires centraux de la planète X resteront probablement près de la Terre pendant des semaines ou des mois, jusqu’à ce qu’ils commencent à briller, puis à provoquer une éjection du plasma dans le système central de la Terre. Cela se produit depuis des milliers d’années, mais parce que le nombre et la taille des systèmes qui arrivent augmentent, ce qui semble être dû au fait que les étoiles plus grandes se sont éloignées du système solaire, avant d’avoir été détruites et ont donc pris plus longtemps. Pour atteindre le Soleil, leurs effets sur la Terre augmentent à un rythme accéléré, ce qui ne peut aboutir qu'à la destruction totale de la surface de la Terre et de ses écosystèmes, de sorte que la Planète X soit à l'origine du cataclysme qui se déroule actuellement la terre, qui la relie à ce que Zacharia Sitchin entendait par Planète X, ou Nibiru, mais ce n’est pas un événement qui se produit, après quoi nous récupérons. Il n'y a pas de récupération: il continuera simplement d'affecter la terre de plus en plus profondément, en la détruisant de plus en plus, de sorte que la planète X puisse être qualifiée de système de destructeurs. Le seul qui puisse empêcher la planète X de détruire toute vie sur cette planète est Dieu, le Créateur de l'univers.

    En conclusion, la planète X est ici, elle l’est depuis le déluge, qui s’est produit il ya plusieurs milliers d’années, mais la planète X n’est pas une planète. La planète X est ce qui reste de ce qui était autrefois des planètes et des étoiles vivantes. La planète X représente les systèmes centraux à énergie réduite de ces planètes et étoiles. Planet X est le système de destructeurs et provoque un cataclysme croissant sur la terre.

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires